Logo - CHF Canada

Les coopératives célèbrent la vie d’une militante, Eleanor McDonald

Les coopératives célèbrent la vie d’une militante, Eleanor McDonald

Les membres de la Hugh Garner Co-op à Toronto, ainsi que les membres et les sympathisants des coopératives à l’échelle du pays, sont attristés par la perte en début d’année d’Eleanor McDonald, une véritable défenseure de l’habitation coopérative et d’un large éventail d’enjeux sociaux.

Son avis de décès dans le Toronto Star énonçait qu’Eleanor est décédée le 24 février 2017 à l’âge de 95 ans, que sa coopérative a célébré sa vie au mois de juin et qu’elle a reçu la Médaille du jubilé de la Reine en 2012 pour son travail de défense des intérêts.

Originaire des États-Unis, Eleanor a déménagé au Canada où elle a enseigné dans un collège communautaire, élevé trois enfants et appuyé des enjeux sociaux, comme la planification familiale, l’abolition de la peine de mort, l’accessibilité, et travaillé pour le compte de l’Elizabeth Fry Society.

C’est d’ailleurs dans les locaux de l’Elizabeth Fry Society qu’elle a été témoin de la construction de la Garner Housing Co-op et qu’elle a découvert que l’habitation coopérative était la solution à beaucoup d’enjeux sociaux qu’elle défendait. Elle est une des premières à devenir membre et à siéger au conseil d’administration de la Hugh Garner Co-op. C’est là qu’elle a plaidé en faveur de la diversité dans nos communautés, du vieillissement chez soi, de l’engagement des jeunes membres et de la campagne en vue de protéger les ménages à faible revenu menacés par la fin des accords d’exploitation (voyez cette vidéo de notre campagne Vous détenez la clé montrant Eleanor et d’autres membres de coopératives).

«Si quelque chose devait être fait, vous pouviez compter sur elle», souligne Beata Domanska, membre de la Hugh Garner Co-op et militante écologiste, qui considérait Eleanor comme une amie, une mentore et un élément essentiel du succès du toit vert et des projets d’efficacité énergétique de la coopérative. Elle précise qu’Eleanor n’acceptait jamais un non pour réponse et elle raconte la fois où Eleanor a dirigé le piquetage communautaire devant une pizzeria locale qui refusait d’améliorer l’accessibilité durant des travaux de rénovation.

«Eleanor était absolument extraordinaire», souligne Tom Clément, directeur le général de la CHFT. Il raconte des activités organisées à la Hugh Garner durant lesquelles Eleanor parlait longuement de façon impromptue aux élus et aux médias pendant que le  personnel chargé des relations gouvernementales à la CHFT et à la FHCC l’écoutaient bouche bée. «C’est le genre de personne à laquelle les élus portent vraiment attention.»

Au fil des années, la Hugh Garner co-op a accueilli beaucoup d’élus influents, dont Bill Morneau, Justin Trudeau, Chrystia Freeland, remontant même jusqu’à David Crombie. Juste le mois dernier, le ministre du Logement de l’Ontario, Peter Milczyn, a visité la coopérative pour annoncer un vaste programme de modernisation pour les logements sociaux.

«Même durant ses derniers jours, lorsque nous l’avons visitée en groupe dans son centre de soins infirmiers en compagnie du maire suppléant de Toronto, même s’il était évident qu’elle était physiquement affaiblie, son esprit était encore vif et elle a parlé pendant plus d’une heure, discutant de la fin des accords d’exploitation et de la façon dont nous allions gagner cette lutte», précise M. Clement.

Nick Sidor, ex-directeur des Affaires de l’association à la FHCC, a souvent travaillé avec Eleanor sur des questions touchant les relations gouvernementales nationales et plusieurs résolutions nationales proposées par des membres de sa coopérative et le Comité du vieillissement chez soi de la FHCC, qu’elle a aidé à mettre sur pied.

«Eleanor était une personne qui mobilisait les gens pour défendre ce qui est juste», affirme M. Sidor. «Peu de gens étaient aussi déterminés et persévérants qu’elle dans sa volonté de créer un monde meilleur!»